Rechercher

Répercussions de la COVID-19 sur les troubles des conduites alimentaires

Un examen systématique de la portée de la recherche (systematic scoping review)

Résumé et grandes lignes de la recherche de Linardon et ses collaborateurs (2021)


Depuis le début de la pandémie, de nombreuses recherches portant sur les troubles des conduites alimentaires (TCA) ont été publiées et ce, très rapidement. Linardon et ses collaborateurs (2021) ont alors voulu présenter un examen de la portée de la littérature (systematic scoping review) sur la COVID-19 et les troubles des conduites alimentaires.


« Un examen de la portée est un état des connaissances sur un sujet de recherche. Elle vise à dresser un inventaire structuré et analytique des écrits scientifiques sur ce sujet [...]. Elle s’appuie sur une démarche rigoureuse assurant, entre autres, sa reproductibilité » (Université Laval).

Plusieurs chercheurs ont exprimé des préoccupations à l’effet que la diminution significative de l'accessibilité aux différentes activités, l’isolement accru, les menaces de pénurie alimentaire, l’augmentation du temps passé devant les écrans et les difficultés liées à la prestation des soins de santé mentale pouvaient exacerber la gravité des symptômes de TCA, leur incidence et la demande de traitement associé.


D’ailleurs, un nombre important d’études menées pendant la pandémie ont signalé une aggravation des symptômes de TCA et ce, pour diverses populations. Les données indiquent également que l’exacerbation des symptômes cliniques aurait ajouté une pression supplémentaire sur un système de santé déjà fragile.


Un total de 70 articles a été inclus dans cette étude.


Principales constatations

  • Malgré la variabilité des estimations d’une étude à l’autre, la sévérité des symptômes de TCA et l’incidence des diagnostics probables semblent être élevées pendant la COVID-19, et ce, peu importe que la sévérité des symptômes soient évaluée ou non en référence à celle pré-COVID, ou comparé à une cohorte pré-COVID,

  • Les répercussions de la pandémie semblent affecter une psychopathologie plus large que celle spécifique au TCA chez les personnes atteintes,

  • Le manque de structure, la plus grande exposition aux déclencheurs environnementaux, et les difficultés de régulation émotionnelle ont été identifiés comme des déclencheurs possibles de la détérioration des symptômes liés aux TCA,

  • Les données probantes sont plus limitées en ce qui concerne les corrélats liés aux symptômes de TCA liés à la COVID-19 et les expériences de traitement pendant la pandémie.


Quelques limites à retenir

  • Presque toutes les recherches identifiées dans cette étude provenaient de pays qui déjà surreprésentés dans le domaine, de sorte que les impacts de la pandémie sur les TCA dans les pays en développement ne sont pas clairs.

  • De même, comme la plupart des échantillons comprenaient principalement des femmes de race blanche, les répercussions de la pandémie sur les groupes minoritaires ou les populations masculines sont également mal comprises.


Recommandations pour d'éventuelles recherches

La résistance que présentent plusieurs personnes présentant un TCA à s’engager dans un traitement, les difficultés déjà existantes dans la prestation des services, et les difficultés à naviguer dans les rouages d’un traitement (signalées par les personnes atteintes) sont probablement des difficultés exacerbées par COVID-19. Toutefois, très peu d’études ont évalué ces problèmes.


Il demeure alors incertain à savoir si l’augmentation du nombre de cas résultant de la pandémie reflète 1) une augmentation réelle de la demande d’aide par les personnes atteintes, 2) un taux de demande d'aide faible mais accompagnée d'une incidence plus élevée de personnes symptomatiques, 3) ou encore une plus grande reconnaissance du problème du point de vue des familles en raison de l’augmentation du temps passé ensemble (conséquent aux périodes de confinement).

De même, on ignore quelles initiatives ont été tentées dans les milieux de soins de santé pour faire face à d’éventuelles augmentations du nombre de cas, et quelles informations peuvent être tirées de ces efforts pour améliorer l’efficacité de la prestation des soins de santé.


À la recherche de professionnels spécialisés ?

ANEB Québec



Source

Linardon, J., Messer, M., Rodgers, R. F., & Fuller-Tyszkiewicz, M. (2022). A systematic scoping review of research on COVID-19 impacts on eating disorders: A critical appraisal of the evidence and recommendations for the field. International Journal of Eating Disorders, 55( 1), 3– 38. https://doi.org/10.1002/eat.23640